IN & OUT

Anne Le Troter, Aurélie Menaldo, Adrien Vescovi
04.11.2016 au 23.12.2016
Pour ses 30 ans, la Villa du Parc a souhaité valoriser et rendre visible sa relation et les liens tissés avec de jeunes artistes locaux ou liés au territoire en leur donnant une visibilité à l’extérieur et à l’intérieur de la Villa du Parc. Pour cela, trois œuvres ont été réalisées par les artistes Anne Le Troter, Aurélie Menaldo et Adrien Vescovi. D’abord présentées du 17 septembre au 25 octobre à l’extérieur de la Villa, pour être vues ou entendues par les usagers du parc Montessuit, une nouvelle version de chaque pièce basculera ensuite à l’intérieur de la Villa du 4 novembre au 23 décembre.
 
Anne Le Troter (née en 1985, vit à Paris) développe un travail de poésie sonore et plastique. Collectant des paroles de différents domaines ou écrivant elle-même des textes, elle les traite ensuite comme une matière malléable, en transformant leur lecture et leur écoute par des opérations de changement d’accélération, de coupes, de mixages. Dehors, Riri Fifi Loulou est une pièce écrite par Anne Le Troter en 2011, en partant d’une phrase de l’artiste Robert Filliou, « Quoique tu penses, pense autre chose ». Dedans, une installation diffusera des archives sonores de comptes-rendus médicaux d'un centre de radiologie. Celles-ci font entendre la voix d’une radiologue dictant diagnostics et courriers à la personne en charge du secrétariat. L’artiste, en retravaillant la bande sonore, fait apparaître les ponctuations liées à la dictée, les termes techniques médicaux ainsi que le son crachant de la bande magnétique elle-même.
Plus d'infos sur l'artiste : http://anneletroter.tumblr.com/

Aurélie Menaldo (née en 1984, vit à Gaillard) s’attache à créer des liens et des tensions entre réel et imaginaire, par le détournement poétique d’objets banals et du quotidien. Pour la pièce extérieure, elle propose une enseigne reprenant un poème, le  «Jabberwocky» de Lewis Carroll dans De l’autre côté du miroir. Dans ce conte, Alice trouve un poème, imprimé à l’envers, qu’il faut lire dans un miroir pour le déchiffrer. Il raconte l’histoire d’un monstre terrifiant et mystérieux, le Jabberwock. Le poème est écrit avec des mots-valises, constitués par la fusion de deux autres termes, si bien que beaucoup de mots n’existent pas, mais ont des sons étrangement familiers. A l’intérieur, Aurélie détourne de manière inquiétante des jeux de square d’enfants.
Plus d'infos sur l'artiste : http://aureliemenaldo.org/

Adrien Vescovi (né en 1981, vit entre Paris et Les Gets) travaille depuis quelques années autour d’un matériau unique, le tissu, qu’il envisage dans toutes ses composantes plastiques et usagères. La toile est soumise à un lent processus, cuite dans des décoctions de plantes et bois environnants et décolorée plusieurs semaines à l’air libre, enregistrant à sa surface le temps qui passe et qu’il fait. A la Villa du Parc, Adrien Vescovi a recouvert dehors la véranda avec une immense toile drapée qu’il a exposée tout l’été aux Gets. Travaillée dans la nature, elle prend et reflète les teintes des arbres et du parc et agit à la fois comme un camouflage et un rideau de scène. Une fois décrochée, la toile sera pliée et présentée rangée.
Plus d'infos sur l'artiste : http://adrienvescovi.tumblr.com/
 
 
A voir à la Villa au même moment l'exposition Art & Industrie.
Commissaire : 
Garance Chabert
Aurélie Menaldo, "Edith", "Alice", "Lorina", 2016. Photo Aurélien Mole